placements à long terme

L’assurance-vie et l’immobilier locatif restent les placements préférés des épargnants français. Mais pour obtenir une bonne rentabilité sur le long terme, il est préférable d’investir en bourse.

Quoi qu’il en soit, les risques sur les marchés financiers sont nombreux et il est opportun de savoir les anticiper afin de protéger son épargne. Bien entendu, il est important de définir son profil d’investisseur avant tout investissement.

Placements à long terme : les plus rentables

Investir en bourse

Les épargnants qui maitrisent les marchés financiers n’hésiteront pas à se lancer dans la bourse dans l’espoir de trouver une meilleure rentabilité à long terme. Bien entendu, les conseils boursiers seront très utiles notamment pour les débutants, au lieu de foncer tête baissée.

Les chiffres publiés par l’Institut de l’Épargne Immobilière et Foncière (IEIF) révèlent que le rendement des actions était supérieur à 12 % entre 1984 et 2014. Ainsi, l’investissement en bourse occupe la première place parmi les placements les plus lucratifs sur 25 ans (Pierre papier, sociétés foncières cotées).

D’ailleurs, l’Autorité des marchés financiers (AMF) partage cet avis. Ceux qui ont réalisé un investissement en actions françaises en 1988 savent très bien que leur placement a généré un taux de rendement annuel moyen de 6,6 % en 2013.

Dans tous les cas, il est conseillé de consulter un comparatif des placements les plus rentables du moment avant de commencer à épargner. Sinon, il est possible d’évaluer la rentabilité d’un investissement sur le long terme en considérant son rendement annuel brut, son rendement net de frais (charges) ainsi que son TRI (taux de rendement interne).

Investir dans des parts de SCPI de rendement

Il est possible d’obtenir une indépendance financière après la retraite en investissant dans des sociétés civiles de placement immobilier (SCPI). Les indicateurs avancés montrent que le rendement moyen d’une sociétés civiles de placement immobilier est passé de + 5,2 % (en 2012) à + 4,5 % (en 2018).

En tout cas, la Pierre-Papier est plus rentable qu’un investissement locatif. Bien entendu, le détenteur doit penser à conserver ses parts de SCPI pendant au moins 8 ans afin d’obtenir une revalorisation des parts permettant ainsi de doper le rendement de son placement.

Quoi qu’il en soit, il est important de savoir que la totalité du capital investi dans une SCPI n’est pas garantie. En clair, le risque de perte en capital peut changer la donne. Heureusement, ce type de placement offre le meilleur rapport rendement-sécurité, le ticket d’entrée reste raisonnable (entre 200 et 1 000 €) et un gestionnaire s’occupe de la gestion des actifs immobiliers.

Il est d’ailleurs possible de financer l’achat des parts de SCPI à l’aide d’un crédit immobilier (In-Fine ou prêt à la consommation).

Ouvrir un contrat d’assurance-vie multisupport

Un épargnant qui ne souhaite pas prendre le risque d’investir en bourse (s’exposer aux risques des marchés financiers) peut toujours souscrire un contrat d’assurance-vie multisupport. Certes, cela ne lui permettra pas d’échapper au risque de perte en capital, mais le rendement de son placement sera supérieur à 5 %.

Afin d’éviter toute mauvaise surprise, il est conseillé de se tourner vers l’assurance-vie en gestion profilée surtout pour les novices. Dans ce cas, l’assureur s’occupera de la gestion du contrat à la place du souscripteur. En contrepartie, le titulaire devra payer des frais de gestion (frais d’ouverture, frais sur versement et frais d’arbitrage) qui sont généralement élevés.

Il devra choisir entre le profil prudent (75 % euros/25 % UC), le profil équilibré (50 % €/50 % UC) ou le profil dynamique (25 % €/75 % UC). Avant de prendre une décision l’épargnant doit déterminer son profil de risque.